Tribune libre unitarienne  vol.2, no.1, 2006

Les liens entre le communisme et le christianisme, par Yann GERMAIN (chrétien et membre du Parti Communiste Français)

Depuis le début du christianisme, les liens de cette religion avec l’idée communiste sont nombreux. Cela commence chez les premières communautés chrétiennes. Ainsi la Bible nous dit : 

            "La multitude de ceux qui avaient adhéré à la foi avait un seul cœur et une seule âme ; et personne ne se disait propriétaire de ce qu'il possédait, mais on mettait tout en commun. C'est avec une grande force que les Apôtres portaient témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus, et la puissance de la grâce était sur eux tous. Aucun d'entre eux n'était dans la misère, car tous ceux qui possédaient des champs ou des maisons les vendaient, et ils en apportaient le prix pour le mettre à la disposition des Apôtres. On en redistribuait une part à chacun des frères au fur et à mesure de ses besoins. Joseph, que les Apôtres avaient surnommé Barnabé (ce qui veut dire : l'homme du réconfort), était un lévite originaire de Chypre. Il avait une terre, il la vendit et en apporta l'argent qu'il déposa aux pieds des Apôtres" 1 et encore : 

            "Les apôtres font beaucoup de choses extraordinaires et étonnantes, et les gens sont frappés de cela. Tous les croyants sont unis et ils mettent en commun tout ce qu’ils ont. Ils vendent leurs propriétés et leurs objets de valeur,  ils partagent l’argent entre tous, et chacun reçoit ce qui lui est nécessaire. Chaque jour, d’un seul cœur, ils se réunissent fidèlement dans le temple. Ils partagent le pain dans leurs maisons, ils mangent leur nourriture avec joie et avec un cœur simple" 2 

Si nous prenons la définition du communisme par le dictionnaire Larousse : 

            "Doctrine prônant l'abolition de la propriété privée au profit de la propriété collective, et notamment, la collectivisation des moyens de production et la répartition des biens de consommation selon les besoins de chacun ; état correspondant de la société" 

Nous constatons que les trois éléments définissant le communisme (propriété collective, abolition de la propriété privée, répartition des biens selon les besoins de chacun) se retrouvent chez les communautés chrétiennes primitives. 

Nous pouvons nous demander : pourquoi les premiers chrétiens ont adopté ce mode de vie communiste ? Cela tire certainement sa source du message de Jésus. Ainsi ce passage où Jésus demande à l’homme riche de partager ses richesses : 

            "Et voici, un homme s'approcha, et dit à Jésus : Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? Il lui répondit : Pourquoi m'interroges-tu sur ce qui est bon? Un seul est le bon. Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. Lesquels ? lui dit-il. Et Jésus répondit : Tu ne tueras point ; tu ne commettras point d'adultère ; tu ne déroberas point ; tu ne diras point de faux témoignage ; honore ton père et ta mère ; et : tu aimeras ton prochain comme toi-même.  Le jeune homme lui dit : J'ai observé toutes ces choses ; que me manque-t-il encore ?  Jésus lui dit : Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel.Puis viens, et suis-moi. Après avoir entendu ces paroles, le jeune homme s'en allant tout triste ; car il avait de grands biens.  Jésus dit à ses disciples : Je vous le dis en vérité, un riche entrera difficilement dans le royaume des cieux. Je vous le dis encore, il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu. " 3 

Et plus généralement le commandement premier qui est l’amour de son prochain a pour conséquence de rechercher l’intérêt général avant son intérêt particulier donc de partager ses biens pour la communauté. 

            "Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. À ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres." 4 

Au fil de l’histoire, de nombreux chrétiens et groupes de chrétiens ont défendu ou pratiqué des formes de communisme en s’inspirant de l’expérience des premiers chrétiens. 

C’est le cas des monastères au Moyen-âge dans lesquels la propriété était collective. Au moment de la Réforme et du Réveil de nombreux groupes chrétiens ont pratiqué la mise en commun des biens. Citons les Lollards (14ème/15ème siècles en Angleterre), certains Anabaptistes (15ème à 17ème).En République Tchèque au 17ème s’est crée un mouvement communisant, les huttérites. Suite à leur persécution ils ont émigré en Amérique du Nord et vivent toujours à l’heure actuelle en mettant en commun leurs biens. Un exemple plus connu c’est la Guerre des Paysans menée en Europe centrale par Thomas Münzer ("le royaume de Dieu n'était pas autre chose qu'une société où il n'y aurait plus aucune différence de classe, aucune propriété privée, aucun pouvoir de coercition indépendant des membres de la société").

Du 16ème au 18ème siècle en Amérique du Sud des religieux Jésuites ont fondé des "reducciones". Ce sont des communautés d'indiens vivant selon le mode de vie communiste où chacun reçoit "selon ses nécessités" (à rapprocher de la formule de Karl Marx "à chacun selon des besoins"). Ces reducciones ont concerné 180 000 personnes. 

Marx justement, bien que fortement hostile à la religion, reconnaît que "l'amour du prochain que prêchait le christianisme antique, que certains reconnaissent comme la révolution du communisme, est une des sources d'où découle l'idée des réformes sociales" 5 

Son compagnon communiste Friedrich Engels s’est lui notamment inspiré des communautés religieuses communistes de son époque pour construire la doctrine marxiste. 

En plus de ces applications à petite échelle de communisme inspiré des valeurs évangéliques, un certain nombre de chrétiens ont milité pour le communisme.

Citons par exemple en France les prêtres-ouvriers qui, travaillant avec le prolétariat français, ont décidé pour certains d’entre eux d’adhérer au Parti Communiste Français.

Mais l’exemple le plus intéressant est sans contexte celui de la Théologie de la Libération. 

Dans les années 1960, l’Amérique du Sud est dirigée par des dictatures militaires d’extrême droite. La pauvreté est immense et le système capitaliste concentre les richesses dans les mains d’une minorité. 

Les communautés religieuses de base, en opposition avec les directives du Vatican, vont alors agir contre la pauvreté insupportable de la population. Les religieux, en découvrant la pensée marxiste, y ont vu un moyen d’expliquer le fonctionnement de la société capitaliste et d’abolir ce système pour en créer un nouveau : le communisme.

Au sein de la Théologie de la Libération, certains étaient socio-démocrates (centre-gauche), d’autres socialistes, d’autres communistes. Les chrétiens sud-américains ont soutenu notamment le gouvernement socialiste de Salvador Allende. 

Les plus radicaux vont jusqu’à condamner très violemment le système capitaliste.

Ainsi en 1973 les évêques et supérieurs religieux de la région Centre-Ouest du Brésil publièrent un document intitulé "Le cri de l'Église" dont la conclusion est la suivante :

            "Il faut vaincre le capitalisme : c'est le plus grand mal, le péché accumulé, la racine pourrie, l'arbre qui produit tous les fruits que nous connaissons si bien : la pauvreté, la faim, la maladie, la mort. Pour cela, il faut que la propriété privée des moyens de production (usines, terre, commerce, banques) soit dépassée." 6

 

À l’heure actuelle, de nombreux chrétiens à travers le monde veulent lutter contre les injustices, l’exploitation, la misère. Un certain nombre d’entre eux ont choisi le communisme et la lutte contre le capitalisme. Je fais partie de ceux-là qui pensent que le message de l’Évangile n’est en rien contradictoire avec le message de libération humaine du communisme. 

De nos jours, des chrétiens sont présents dans les partis communistes au côté de musulmans, de juifs, d’athées ou d’agnostiques, de tous les hommes de bonne volonté qui désirent par delà leurs différences fonder un monde de justice et d’amour. 

Sources :

(1) Actes des Apôtres 4, 32-37

(2) Actes des Apôtres 2, 43-46

(3) Évangile selon Matthieu 19, 1-24

(4) Évangile selon Jean 13, 34-35

(5) Mega I.2-441

(6) Obispos Latinoamericanos, 1978, p.71 

NB : si le sujet vous intéresse, je vous invite à consulter mon site Internet dans lequel j’ai notamment mis un dossier sur les liens entre communisme et christianisme. Ce dossier est plus complet car je ne pouvais pas tout mettre dans cet article, cela aurait été trop long. Adresse : http://membres.lycos.fr/yanngermain

Pour toute question, tout contact, voici mon courriel : ya.germain@laposte.net

 

Tribune libre unitarienne  vol.2, no.1, 2006